2

Notre histoire

Tout a commencé en 1991 …

C’est chez elle que Chantal Dralez, créatrice de l’Institut Francophonie, avait choisi d’enseigner le Français à des étrangers. De 1991 à 2015, elle a ainsi accueilli plus de 3500 étudiants, aux côtés de sa fille Florence, également professeure de français FLE.

Mais quels sont ces élèves et d’où viennent-ils ? interroge un journaliste du journal local Ouest-France en 2011.

J’ai 60 % de jeunes filles au pair venues de pays étrangers, des conjoints étrangers mariés à des Français, des étudiants du programme Erasmus et ceux inscrits aux Beaux-Arts de Nantes, qui financent leurs cours, ainsi que des salariés étrangers. » Ils viennent majoritairement des pays de l’Est : Russie, Pologne, Ukraine, Arménie ou Moldavie. « Mais il y a aussi des Asiatiques, des Brésiliens, des Mexicains etc. »

L’ambiance est conviviale mais sérieuse. « C’est un public très agréable, motivé et travailleur.

Chantal Dralez a donc exercé ce métier qu’elle aimait tant pendant 24 ans, en créant des liens entre ses élèves. Elle les a aidé dans leurs démarches, soucieuse d’être à leur écoute, « mais sans jamais faire fi des exigences liées à ma mission et à ma responsabilité d’enseignante ».

En contrepartie, elle apprend beaucoup d’eux et se dit très heureuse de cette relation d’estime réciproque. Revenus dans leur pays, certains ne manquent pas de donner de leurs nouvelles.

Comme j’aime lire, j’ai reçu récemment Le Petit Prince en russe et en japonais », dit-elle, touchée.

Lors du départ en retraite de Chantal DRALEZ, Maude SALEIRO a repris l’Institut Francophonie en 2015. « C’est avec une grande fierté que je reprends le flambeau et continue de faire vivre ces liens et cette dynamique internationale.  »

Adeline RAFFIN, maintenant un des piliers de l’Institut Francophonie, rejoindra l’équipe en juillet 2018.

COVID 19 : les cours de français sont actuellement en présentiel à l'Institut Francophonie !
+
fr_FRFrançais